Histoire du Val de Sée

Val de Sée… et s’en va la Sée… qui valse, valse la Sée qui s’en va

Le Mont-Saint-Michel, son abbaye, sa baie, inscrits au patrimoine de l’Humanité, vous connaissez ! et le Val de Sée ?

Pas question de s’en priver… Admirer ses monuments en granit séculaires, solidement ancrés sur le rocher posé là, au cœur de cet espace sublime, infiniment changeant, où le temps s’écoule au rythme des marées… Comment s’en lasser ? Retrouver un peu de spiritualité dans ce lieu symbolique… simplement, marcher à marée basse, les pieds dans la tangue, se poser comme une vigie, au Grouin du Sud à la faveur d’un fort coefficient de marée pour voir le mascaret s’engouffrer dans la Sée… et puis, se laisser porter par les flots, au-delà des sables, au-delà des herbus, vers des terres inconnues.

En remontant l’estuaire de la Sée, un pays secret vous attend. Un petit coin de Normandie, tout en relief et en caractère, s’élève du niveau de la mer à Avranches pour culminer à 368 m d’altitude à Chaulieu, le toit de la Manche !
Il porte le doux nom de Val de Sée.
Sée Source Saint-Michel de MontjoieMais Sée où ? à l’Est du Mont-Saint-Michel, toujours lui, à un vol de goéland, un pays né de la genèse du Massif Armoricain est encadré des collines de l’Avranchin et du Mortainais. De Tirepied en passant par Brécey, Cuves jusqu’à Chérencé-le-Roussel, ces charmants villages s’étirent au bord de la Sée tandis que d’autres tels que Juvigny-le-Tertre ou Saint-Pois sont fièrement perchés sur les versants. Ici ou là, le granit « Bleu de Vire », les grès armoricains ou les schistes affleurent sur les sommets, souvent boisés, aux formes mamelonnées.
Ce haut pays de collines est parcouru de rivières, de ruisseaux aux accents torrentueux, nichés au creux de vallons boisés. Il s’habille de vertes prairies et d’espaces cultivés plus ouverts : toute une diversité de paysages et de panoramas, comme une invitation à flâner. Simplement prendre le temps de regarder : au détour des petites routes ou des chemins, nombreux sont les endroits qui permettent d’apercevoir la silhouette de « la merveille ». Ô Montjoie ! C’est le cri qui vient du cœur des pèlerins. Ephémère instant qui ravive à chaque fois un élan spirituel… N’y a-t-il pas en chacun de nous un pèlerin qui sommeille ?
Simplement, écouter… Les bruits de l’eau, qui règne partout, dévalant les pentes pour remplir les biefs et canaux d’amenée, alimentant les nombreux moulins. L’eau de la Sée a favorisé l’essor de toute une industrie. Des vestiges de ce patrimoine hérité des XVIII et XIX siècles subsistent encore de nos jours. Moulins pour la fabrication du papier, pour la mouture de la farine, filatures… Quel plaisir de voir ces roues à aubes qui tournent encore au gré des humeurs de la Sée ! Sée magique, berceau du poisson roi, Salmo Salar, le saumon atlantique dont la belle histoire nous est contée dans l’écomusée de la vallée de Brouains.
Mais, Sée plus encore ! Des paysages typiques du bocage normand. Aménagé par l’homme au cours des siècles passés, le bocage, menacé, s’affirme par la présence de ses talus, de ses haies, de ses chemins creux, dessinant une mosaïque où les verts prédominent. Simplement marcher, monter à cheval, rouler à vélo tout terrain, se déplacer dans ces chemins, protégés des vents dominants par les frondaisons des grands hêtres… se sentir lovés au creux de cette campagne accueillante comme à l’intérieur de la paume d’une main chaleureuse.

Surtout ne pas se presser : l’histoire s’inscrit dans la durée. Cette terre de Vikings a connu des invasions successives, depuis les Romains jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale. Elle a été le théâtre de faits liés à la chouannerie suite à la Révolution Française. Simplement écouter les témoignages, des lieux ravivent la mémoire et l’architecture rurale raconte la vie des habitants de ce pays, de ses liens avec le territoire. Les maisons construites avec la pierre extraite du sol et transformée sur place, le granite, le grès ou le schiste, sont naturellement en harmonie avec l’environnement. Les bâtiments agricoles traditionnels ou à usage domestique (tels les fours à pain…) sont pour la plupart en torchis et pans de bois, ce qui est un caractère spécifique du Sud Manche.

Sée VTT
Chemin faisant, admirer ce riche patrimoine, infiniment varié : ces châteaux, ces demeures seigneuriales plus ou moins cossues, ces chapelles, ces églises, ces croix de chemin qui traduisent la dévotion des familles locales. Ainsi en est-il de même du culte voué à des saints guérisseurs : St Gerbold, Ste Claire des Nouettes, St Crépin et St Crépinien, St Blaise au Mesnil Adelée, pour des croyances vivaces ancrées dans la culture populaire… D’un Mesnil à l’autre, ces noms qui évoquent le village ou la maison, font la ronde de tous ces hameaux dispersés comme autant de cailloux tombés de la poche du Petit Poucet… Sée, tout le mystère de ce pays normand.

SéePour percer tous ses secrets ? Simplement…
y séjourner, partir à la rencontre des gens d’ici en musardant. Ils vous feront partager leur art de vivre fait de goûts simples et généreux, à l’image de leur terroir. Une terre nourricière pour de délicieux produits de la ferme et de la rivière, un vrai régal au fil des saisons ! Croquer une pomme légèrement acidulée, boire un verre de cidre doux bien pétillant ou de bon lait frais, savourer les légumes gorgés de vitamines, les goûteuses volailles fermières ou les truites succulentes des étangs, ce pays est comme une invitation permanente à déguster.

 

Découvrir les saveurs du Val de Sée ? Sans hésiter, s’offrir des moments de détente en toute quiétude, faire le plein de sérénité, un point Sée tout.